Combattre l’extrême droite

Le comité NPA du Bocage Virois mène une campagne contre les idées d’extrême droite et du Front National. Cette campagne débute par la distribution d’un premier tract sur les mauvaises questions et les fausses réponses du FN qui veut apparaître comme un parti comme les autres. Pourtant Il reste un parti xénophobe, raciste, un parti qui défend les intérêts de la bourgeoisie et non les intérêts de la grande masse de la population. Pour nous, la politique de l’autruche n’est pas la bonne, le vote pour le FN est de l’ordre de 20%. C’est trop et nous devons combattre leurs idées.

L’extrême droite, un danger pour la population – n°1

Le principe de préférence nationale : une aubaine pour le capitalisme
Attention: un front national peut en cacher un autre, Marine Le Pen veut faire apparaître son parti comme un parti propre, sans histoire et lui donner une image relookée mais la réalité est tout autre. Lorsque le FN a dirigé plusieurs grandes villes, il a supprimé les subventions aux associations qui pensaient trop à gauche, a supprimé les livres et revues qui n’étaient pas dans la pensée unique du FN.
Le FN est un parti d’extrême droite et il le restera.

Le principe de préférence nationale = Une idéologie de division

La stigmatisation systématique des immigrés a pour objet de dresser les salariés les uns contre les autres et de réduire leur capacité à s’unir sur des revendications pour peser sur les choix économiques, politiques et sociaux.
La politique de l’extrême droite et notamment du FN détourne les citoyens de la véritable question : la répartition des richesses produites par la population.
La préférence nationale et le choix de maintenir une partie de la main d’oeuvre immigrée dans l’illégalité est un moyen de peser sur les salaires et de ne pas appliquer les conventions collectives dans certains secteurs (cueillette des fruits, restauration, bâtiment…).

L’immigré bouc émissaire

Toute idéologie d’extrême droite a besoin d’un ou plusieurs ennemis. Celui de l’extrême droite est l’immigré et l’étranger. L’attaque contre l’immigration de « masse » figure au coeur du répertoire du FN. Le pays est perçu comme envahi par les étranger pesant sur ses dettes sociales et publiques. En fait, en 2007 selon l’Insee le poids des étrangers résidant en France est de 5,8% de la population totale (3,7 millions). Ce poids reste stable et est l’un des plus faibles de l’Union Européenne.
Les immigrés sont accusés de profiter des largesses de la protection sociale. Les statistiques viennent là encore contredire cette affirmation. Les immigrés s’acquittent chaque année de 60 milliards d’Euro d’impôts et cotisations et reçoivent dans le même temps 48 milliards d’allocations publiques.

L’immigré, l’emploi en France et le chômage

Contrairement à l’idée répandue par l’extrême droite, l’immigration pèse peu sur le marché du travail. Selon l’Insee, la part des étrangers dans les catégories socioprofessionnelles s’établie comme suit en 2009 : 5,4% des employés (450 000) et 9,2% des ouvriers (585 000).
D’autre part, les immigrés présents en France contribuent à la croissance de l’économie par leur consommation, Ils sont donc source de richesse et donc jouent favorablement sur le niveau d’emploi. A ce titre ils devraient avoir le droit de vote aux élections.
Le chômage reste donc un phénomène lié aux choix gouvernementaux et patronaux et non pas à l’invasion massive d’étranger sur le territoire national. Avoir du chômage, c’est faire baisser les salaires et les conditions de travail.

Les idées d’extrême droite dans la campagne des présidentielles

Le Front National préconise la sortie de l’Euro et revenir au franc avec une dévaluation de 20% ce qui aurait pour conséquence, une augmentation de la facture pétrolière et des produits importés. Donc au final, c’est la population qui paiera la facture.
Ce qu’il faut pour l’instant c’est :
– garder une monnaie commune dans l’intérêt des populations avec comme objectif :
– pas de revenus inférieurs à 1 600 euros et la mise en place de l’échelle mobile des salaires.

Le FN, l’économie, le travail

En matière d’économie, le programme du FN n’est guère réaliste, en plus de sortir de l’Euro et revenir au franc, il veut mettre en place un protectionnisme pour protéger les entreprises françaises par l’instauration de nouveaux droits de douanes. Mais cette politique ne tient pas compte de l’interdépendance entre les économies et du capitalisme mondial, ni des actions de rétorsion que ne manqueraient pas de prendre les autres pays. Pour le FN, la mondialisation : connaît pas.
Dans le domaine du social, le FN a toujours soutenu le Medef quelque soit son discours démagogique. Ainsi, il rejette la semaine des 35 heures. Il est favorable à l’allongement de l’âge de la retraite par l’augmentation des annuités, Il remet constamment en cause l’exercice du droit de grève et condamne les salarié-es et les organisations syndicales qui revendiquent. Dans ce domaine, l’extrême droite a toujours priorisé les syndicats corporatifs.

Le saccage de la protection sociale et de la santé

En plus de l’instauration de la préférence nationale, le FN préconise la « libération du salaire des charges sociales ». L’idée est soit disant de laisser le choix aux salariés de cotiser pour assurer leur protection sociale. Il s’agit en fait de donner aux grands groupes d’assurances privées la gestion de la protection sociale à l’instar de ce qui se passe aux Etats Unis et en Grande Bretagne avec les risques que cela comporte. Cela conduirait à un système inégalitaire et casserait les régimes de solidarité intergénérationnelle et de sécurité sociale. L’extrême droite est également favorable à la privatisation du système de santé rendant ainsi les Français encore plus inégaux face à la maladie et à l’offre de soins.

Le FN, la Fonction Publique et l’Etat

Le FN entend surtout renforcer les politiques régaliennes de l’Etat : la sécurité, la justice et la défense. Pour le reste, il préconise la poursuite des politiques libérales déjà à l’oeuvre et le désengagement de l’Etat au profit du privé. Il n’entend pas revenir sur les suppressions de postes opérées par l’UMP dans l’éducation nationale, les hôpitaux et les organismes sociaux. Alors qu’il faut recréer des milliers d’emploi dans ces secteurs.
Il envisage aussi la création d’un corps de volontaires pour appuyer les forces de police, sans en préciser les modalités de recrutement et les fonctions qui laissent interrogatif sur les réelles motivations de cette création.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :