Paul Laurent défend le nucléaire, Laurent Beauvais défend le terminal de conteneurs quai de Calix, Jean-Luc Mélenchon rêve tout haut

A quelques jours du triste anniversaire de Fukushima, Paul Laurent, secrétaire national du PCF, est allé à Flamanville redire que le PCF soutient le nucléaire. « Un nucléaire 100% public ». Sans aucun doute, l’atome public et les déchets nucléaires publics sont moins dangereux que l’atome privé et les déchets nucléaires privés.

Le PCF est aussi pour un référendum sur le nucléaire. Probable qu’il s’allierait au PS et à la droite pour appeler à voter oui au nucléaire. Philippe Poutou défend, lui, la possibilité de sortir du nucléaire en dix ans, sur la base de réflexions et d’études très argumentées.

Laurent Beauvais, président PS du conseil régional, est quant à lui favorable au terminal de conteneurs quai de Calix à Hérouville Saint-Clair, près de Caen. C’est « un projet économique d’intérêt général », répète-t-il dans Ouest France samedi 21 janvier. Mais, nous apprend ce journal, il « regrette qu’il n’y ait pas d’autre voix que la sienne pour défendre publiquement ce projet de plate forme ». Bigre, un projet d’intérêt général soutenu par personne à part lui… Ne serait-il pas raisonnable de l’abandonner et d’écouter les habitants ? Ne faudrait-il pas inventer une vraie démocratie où la population elle-même pourrait débattre, échanger des points de vue, et prendre les décisions ? C’est ce que propose le NPA.

Jean-Luc Mélenchon, le candidat préféré de Paul Laurent, rêve tout haut. Dans son interview au Monde daté 22 et 23 janvier, il estime que « si le Front de gauche fait 15%, il va falloir que le PS arrache un paquet de pages de son programme pour coller les nôtres ». Hélas, le PS est un parti irrémédiablement installé dans le camp du social libéralisme. Hollande veut « donner du sens à la rigueur » et pas combattre l’austérité. « Peser sur le PS », infléchir son programme, sont des illusions qui ont déjà coûté fort cher. Mélenchon a passé quinze ans de sa vie à essayer de « peser sur le PS » de l’intérieur. Il a reconnu l’inanité de ce combat et c’est bien. Aujourd’hui, c’est de l’extérieur qu’il continue ce combat perdu d’avance. S’il n’y avait que lui… Hélas, c’est dans une nouvelle impasse qu’il entraîne bon nombre de militants du PCF, voire des animateurs des mouvements sociaux. En toute modestie, le NPA propose de suivre une autre voie : regrouper les anticapitalistes pour bâtir une nouvelle représentation politique pour les travailleurs, et ne plus faire confiance aux vieux partis qui ont beaucoup promis, et jamais tenu, en finir avec les illusions sur le PS.
Ce ne sont pas les bulletins de vote dans l’urne qui feront bouger ce parti, c’est la mobilisation populaire qui imposera le changement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :