Hébergement des étrangers en situation de précarité : l’action continue

Une centaine de manifestants se sont rassemblés devant la Direction départementale de la cohésion sociale, vendredi matin, pour protester contre l’expulsion de plusieurs familles des Centres d’accueil de demandeurs d’asile. Des hébergements d’urgence ont été obtenus. La pression doit se maintenir sur les pouvoirs publics.

Rappelons que, en pleine période hivernale, la DDCS refuse de loger dans le dispositif d’urgence les étrangers sortis de Centres d’Accueil de Demandeurs d’Asile (CADA). Les conditions de vie des étrangers deviennent de plus en plus précaires. Stigmatisés, même en situation régulière, ils sont l’objet de multiples tracasseries administratives pour obtenir un titres de séjour. La politique raciste et xénophobe de l’Etat a des conséquences dramatiques sur les individus. Les étrangers en situation précaire connaissent les difficultés de toute personne en situation de précarité, personnes isolées, personnes âgées, chômeurs, « petits boulots » ; des difficultés très largement aggravées par le fait qu’ils sont étrangers.

Ainsi, plusieurs familles se retrouvent à la rue lorsqu’elles sortent des CADA. Le « Collectif 14 pour le Respect des Droits des étrangers » avait notamment trois dossiers entre les mains :
-une femme avec deux enfants de deux et dix ans ;
-une famille avec trois enfants de moins de 11 ans ;
-une jeune mère de famille enceinte devant accoucher dans 15 jours avec un enfant de deux ans et demi.

Face à ces situations inacceptables, le Collectif, qui regroupe des associations de défense des étrangers, des organisations syndicales et des partis politiques appelait à manifester devant la DDCS. Une centaine de personnes ont répondu à son appel. Des élèves et des parents d’élèves de l’école de Millepertuis, où est scolarisée l’une des enfants des familles concernées, sont venus exprimer leur soutien aux familles et ont dénoncé l’attitude honteuse des autorités.

Finalement, La DDCS a assuré que les deux premières familles seraient prises en charge par le dispositif du 115. En revanche, elle a estimé que le troisième cas n’était pas de son ressort, renvoyant la balle au Conseil Général.

On ne peut que se féliciter qu’une solution ait été trouvée pour les deux premières familles. Le Collectif ayant adressé une demande en urgence l’après-midi même au Conseil Général, une solution provisoire a été trouvée aussi pour la troisième famille.

La mobilisation a donc produit son effet.

Cette mobilisation doit se poursuivre pour exiger des autorités des solutions pour qu’aucun étranger en situation précaire se soit mis à la rue, sous quelque prétexte que ce soit et que l’hébergement d’urgence soit durable si nécessaire.

Il faut donc exiger que les moyens indispensables soient débloqués à cet effet.

Avec ce gouvernement, la vigilance est impérative pour faire respecter les droits des personnes, même celui d’avoir un toit pour la nuit, même pour des enfants.

Nul doute que le Collectif appellera à la mobilisation à chaque fois qu’il sera utile de le faire. L’urgence, ces prochains jours, est d’obtenir du Conseil Général le renouvellement de l’hébergement de la jeune mère de famille enceinte et de son enfant.


Ci-dessous, le communiqué du Collectif 14 pour le Respect des Droits des étrangers :

Suite à l’action  du « Collectif 14 pour le Respect des Droits des Étrangers », vendredi devant la Direction Départementale de la Cohésion Sociale, en ce qui concerne le cas de la jeune mère de famille enceinte ayant un enfant de moins de 2 ans, la DDCS avait dit  à la délégation que ce cas ne relevait pas de sa compétence mais de celle du Conseil Général. Le Collectif a donc déposé un courrier de demande d’hébergement dans l’après-midi au Conseil Général. Dans la soirée le 115 appelait pour dire que le Conseil Général avait accepté de financer 3 nuits d’hôtel. Le Collectif reste vigilant par rapport à cette situation et à la continuation de l’hébergement pour cette jeune mère de famille enceinte et son enfant. Au cas où le Conseil général n’accepterait pas de continuer son hébergement, le Collectif appellera de nouveau à manifester, et cette fois-ci devant le Conseil Général. Pour mémoire cette jeune mère de famille doit accoucher dans une quinzaine de jours…
Caen, le 21 janvier 2012.


Voir le compte rendu de l’action par Ouest France et la vidéo de la délégation sortant de la DDCS.


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :