2000 manifestants contre les suppressions de postes et contre la réforme de l’évaluation des personnels

31 janvier 2012

Profs et parents d’élèves, ils étaient au coude à coude dans la rue, à Caen, cet après-midi. Rassemblés devant le Rectorat, les manifestants sont partis en cortège vers la Préfecture. Le gouvernement veut asphyxier l’éducation nationale, et les élèves en difficulté en font les frais les premiers. Il faut en finir avec cette politique et avec ce gouvernement.

Ci-dessous, « Les chiffres du massacre« , un document de SUD Education Calvados.

LES CHIFFRES DU MASSACRE

Dans le premier degré
Dans le Calvados :
Suppression de 88 postes dont 47 postes d’enseignants spécialisés et la totalité des postes de soutien dans les zones d’éducation prioritaire.
C’est inacceptable, la volonté du ministre de supprimer les RASED se confirme : 47 postes supprimés sur 101 existants.
En France pour la rentrée 2012 on se dirige vers 3000 fermetures de postes d’aides spécialisées qui auront lieu dans de très nombreux départements. Le ministère a décidé de saborder le seul dispositif gratuit d’aide spécialisée à l’intérieur des écoles et à nouveau des milliers d’élèves en France sont sacrifiés et en particulier dans les zones rurales.

Dans le second degré

En lycée professionnel
Suppression de 105 postes en LP annoncée mais combien y en aura-t-il en réalité ? Pour la rentrée 2011, les 6 suppressions annoncées se sont transformées en 34 en réalité. Par exemple, au LP Jean Jooris à Dives sur mer, la baisse de la DHG de 105 heures pourrait se traduire par 6 postes en moins pour la prochaine rentrée, si on suit les calculs du proviseur.
La carte des formations est décidée de façon unilatérale sans tenir compte des besoins des élèves qui vivent dans des bassins de formations vidés progressivement de certaines formations regroupées dans les « lycées des métiers ». Le développement de l’apprentissage public au détriment des formations sous statut scolaire participe également à cette destruction du service public et fait poindre un changement de statut pour les PLP qui pourraient à terme être des formateurs de CFA publics.

En lycée général et technologique
La suppression de 55 postes en LGT est en grande partie la conséquence mécanique de l’application de la réforme du lycée. Les dotations des établissements conduisent ceux-ci à devoir répartir la pénurie et sacrifier tel ou tel dispositif pédagogique. Et c’est aux enseignants qu’on demande de trancher dans le cadre du conseil pédagogique, pierre angulaire de « l’autonomie » de l’établissement. Tout cela a pour effet, attendu et souhaité, de miner les solidarités de travail parce que chacun essaye de sauver sa peau, à moins que ce ne soit le confort de petites situations sur mesure.

En collège
Dans l’académie sont attendus 219 élèves supplémentaires, mais pour le Ministère de l’EN seule la logique de réduction des coûts importe et ce sont 90 postes qui sont supprimés. Dans le Calvados, 33 élèves en moins (c’est à dire un demi-élève en moins par établissement) et 47 postes sont supprimés ! Dans le même temps le nombre d’heures supplémentaires explose (+26%).

En SEGPA le nombre d’élèves par classe augmente rendant encore plus difficiles les conditions de travail et l’aide à ces élèves en difficulté.

Halte à l’augmentation persistante des heures supplémentaires
Les heures supplémentaires (HSA) atteindront l’équivalent de 186 postes en LP, 222 en lycée et 128 dans les collèges du Calvados. Un refus systématique et réglementaire des heures supplémentaires, y compris des HSE, suffirait à rendre la prochaine rentrée irréalisable.

Déstructuration des GRETA
La transformation des 4 GRETA de Basse-Normandie en un seul GIP entraînera des pertes de postes tant d’administratifs que de formateurs avec une modification du statut des formateurs qui voient leur temps de travail augmenté de 30%.

Suppression de postes administratifs
Dix postes seront supprimés au nom de la RGPP sans aucune justification si ce n’est cette logique de suppression de postes de fonctionnaire !

Publicités

Victoire à la maternité de Vire

30 janvier 2012

Communiqué du NPA du Bocage Virois. Le comité NPA du Bocage Virois se félicite de l’arrivée de 2 gynécologues obstétriciens à la maternité de l’hôpital de Vire en attente de confirmation par l’ARS et/ou le directeur de l’hôpital de Vire. C’est une victoire de la population et du personnel qui se sont mobilisés depuis 18 mois pour le maintien de la maternité.

Les décideurs, que ce soient ceux qui ont voté la loi HPST (dit loi Bachelot) ou ceux qui la mettent en application, ne sont pas arrivés à leur fin puisqu’ils avaient décidé la fermeture de la maternité pour août 2011.

Le comité du Bocage Virois du NPA appelle à rester vigilant avec tout ceux et celles qui ont su résister à une décision unilatérale de l’ARS. D’autres combats pour la santé publique sont à mener notamment sur le projet de révision de la convention entre l’hôpital public et la clinique privée. Que cette convention ne se fasse pas au détriment du public.

La santé n’est pas une marchandise et elle doit rester dans un service public de qualité avec les moyens en personnel suffisants. Pour cela une autre politique de santé doit être menée, c’est à cela qu’oeuvre le NPA.

Le 30 janvier 2012


Des raisons supplémentaires pour se débarrasser de Sarkozy

30 janvier 2012

Communiqué du NPA du Bocage Virois. Après le discours de N. Sarkozy, président de la république et futur candidat, rien ne change réellement dans sa politique. Il annonce des mesures qui seront facturées à la population et toucheront durement les couches les plus fragiles de la population.

L’annonce de l’augmentation de la TVA de 19,6% à 21,2%, en remplacement des cotisations patronales payées par les entreprises est un cadeau fait au MEDEF et aux actionnaires. Cette TVA anti-sociale est une baisse déguisée des salaires, un mauvais coup pour les familles déjà aujourd’hui en difficultés.

En proposant des négociations, entreprise par entreprise, il veut mettre fin aux 35 heures et affaiblir les négociations par branches professionnelles. Alors qu’il faudrait une réduction du temps de travail pour que chacun retrouve un emploi.

N.Sarkozy a aussi parlé d’une taxe sur les transactions financières sans parler des modalités de son application. Cette taxe servirait à rembourser la dette publique donc revenir aux financiers et non à subvenir aux besoins de la population. Pourquoi a-t-il attendu la fin de son mandat pour une telle proposition ?.

Il a aussi parlé du logement sans aucun objectif réel, pas de réquisition des logements vides, pas d’appel à une vraie politique du logement alors qu’il manque 900 000 logements en France.

Des mesures pour ses amis du Fouquest’s mais rien de concret pour les chômeurs, pour les précaires.

Son discours de dimanche nous donne une raison supplémentaire de vouloir son départ en mai prochain.


Education nationale : en grève mardi 31 janvier

30 janvier 2012

Un large éventail de syndicats du premier et second degré appellent à la grève le 31 janvier contre la réforme de la notation des enseignants qui est destinée à renforcer le pouvoir hiérarchique des chefs d’établissement en leur donnant le pouvoir d’apprécier leurs qualités pédagogiques, fonction actuellement remplie par les inspecteurs pédagogiques. A Caen : rassemblement à 14h30 devant le Rectorat.

Cette grève fait suite à celle du 15 décembre.

La réforme de la notation, qui aura des incidences sur la progression salariale des enseignants, n’est qu’un des aspects des réformes libérales du gouvernement concernant l’éducation.

Les 80 000 suppressions de postes depuis 2007, y compris de ceux occupés par des personnels spécialisés – les Rased – pour lutter contre la difficulté scolaire, la montée des emplois précaires, la liquidation de la formation préalable des enseignants, l’amputation d’une année de formation du cycle BEP-Bac Pro pour les jeunes en lycée professionnel, par exemple, sont dans toutes les têtes.

Le contentieux est lourd avec le ministère de l’éducation.

Le service public est en danger et les «réformes » annoncées il y a peu par Sarkozy notamment sur le temps de travail des enseignants exigent des postes, des mobilisations sur la durée.

Le NPA soutient la journée de grève du 31 janvier et appelle tous les personnels à participer à l’action et aux manifestations.

A Caen : rassemblement à 14h30 devant le Rectorat.


Révolutions arabes : où en sommes-nous ?

29 janvier 2012

2011 a été l’année du soulèvement des peuples arabes. La chute de Ben ali, puis celle de Moubarak, ont ébranlé toute la région. La répression se poursuit en Syrie, plus féroce chaque jour. Des élections ont eu lieu en Tunisie et en Egypte. Pour faire le point, nous avons retenu un long interview de Gilbert Achcar, originaire du Liban, actuellement professeur à l’Université de Londres, auteur de nombreux ouvrages. Cet interview est paru dans le revue Inprecor.

L’interview de Gilbert Achcar (inprecor, 14 décembre 2011), c’est ici.

Un autre article de Gilbert Achcar : Tunisie : les opportunistes et la révolution (publié sur le site en anglais du journal Al-Akhbar le 27 janvier 2012).

Solidaires des révolutions

Enfin, nous renvoyons au texte Solidarité avec la Révolution égyptienne réelle, signé par de nombreuses personnalités dans plusieurs pays, et en France par, notamment : Annick Coupé et Christian Mahieux, de l’Union syndicale Solidaires, Michel Husson et Français Chesnais, économistes, Christiane Marty, d’ATTAC, Pierre Khalfa, de la Fondation Copernic, Olivier Besancenot, Christine Poupin, Myriam Martin et Alain Krivine, du NPA, Alain Bihr, sociologue).

Ce texte affirme notamment que, « bien que le dictateur, le président Hosni Moubarak, ait été renversé, le Conseil suprême des forces armées (CSFA) a continué de gouverner au moyen de l’ancienne loi instaurant l’état d’urgence. Il a réagi au processus révolutionnaire en arrêtant des gens, en les torturant, en les rouant de coups, en les tuant. Depuis la chute de Moubarak, ce sont 14’000 personnes qui ont été déférées devant les tribunaux militaires et soumises aux passages à tabac et aux tortures qui les accompagnent. Une année après son essor, la révolution est menacée, comme résultat de cette politique« .
Le texte conclut en proclamant « notre solidarité avec les forces démocratiques, syndicales, féministes, de la jeunesse et socialistes d’Egypte qui appuient la poursuite de la Révolution égyptienne sur le chemin d’une véritable démocratie et d’une véritable justice sociale« .


Droits des étrangers. Lettre Ouverte de Patrick Arz, conseiller municipal d’Hérouville Saint-Clair, au Préfet du Calvados

29 janvier 2012

Monsieur le Préfet, comme chaque semaine nous étions, ce matin [vendredi 27 janvier], un certain nombre de citoyens, membres d’associations et ou du « Collectif 14 pour le Respect des Droits des Étrangers », devant le service de l’immigration et de l’intégration de la préfecture.

Vous savez  que les étrangers sont obligés de venir très tôt (certains arrivent dès 3H00 du matin) pour être sûr d’être reçus pour leurs démarches.

Ils attendent donc dans le froid avec parfois des enfants en bas âge, ce qui était encore le cas ce matin.

Quelle ne fut pas notre surprise de constater que ce bureau qui doit ouvrir à 8H45 n’a ouvert qu’à 9H00 alors que nous apercevions le personnel en place derrière les guichets.

Quand le bureau a enfin été ouvert nous n’avons même pas entendu une parole d’excuse de la part du responsable du service.

Nous trouvons totalement indécent et scandaleux ce genre d’incident et nous vous faisons part de notre indignation citoyenne.

Nous ne pouvons accepter que l’on puisse faire poireauter 1/4 d’Heure devant un service public, alors que la température ne dépasse pas 2° des gens qui sont là ; pour certaines et certains depuis 3H00 du matin, alors que l’on aperçoit le personnel en place.

Ce retard est d’autant plus regrettable, qu’il limite d’autant le temps d’accueil, avec pour conséquence de restreindre le nombre de personnes pouvant accéder au service.

Nous vous prions de nous dire quelles mesures vous comptez prendre pour que ce genre d’incident ne se reproduise à l’avenir.

Nous vous adressons nos salutations citoyennes.

Patrick ARZ

Conseiller Municipal d’Hérouville Saint Clair

Membre du « Collectif 14 pour le Respect des Droits des Étrangers »


2012. Le débat sur le programme

29 janvier 2012

Petit à petit, Hollande lève le voile sur son programme. Force est de constater que le changement attendu ne viendra pas de là. Les mesurettes ne font pas le changement, pas plus que les hirondelles ne font le printemps. Garantir le droit à l’emploi pour toutes et tous, répartir autrement les richesses, arrêter le remboursement d’une dette illégitime dont nous ne sommes pas responsables, sortir du nucléaire et s’engager dans la révolution énergétique, régulariser tous les sans papiers… : voilà qui n’est prévu dans le programme de François Hollande. Le NPA propose d’engager le débat sur les mesures d’urgence qu’impose la crise subie par des millions de travailleurs, de jeunes et de retraités.

C’est l’objet de plusieurs documents édités par le NPA.

Le programme adopté lors du premier congrès du NPA, Nos réponses à la crise, est plus d’actualité que jamais.
Les mesures d’urgence que Philippe Poutou préconise sont synthétisées dans un 4-pages de présentation de sa campagne.
Un autre document explique pourquoi il faut annuler la dette, et commencer par stopper son remboursement.
Enfin, sortir du nucléaire en moins de dix est possible. Le NPA le démontre dans un 4-pages et dans un document plus complet.
Dette, fiscalité, emploi, égalité, services publics, éducation jeunesse, écologie, Europe, autres partis… tous les argumentaires sont sur le site de campagne de Philippe Poutou.