Un rassemblement « républicain » le 14 juillet ?

La Ligue des droits de l’Homme de Caen appelle à un rassemblement pour célébrer la République le 14 juillet. Le NPA lui a fait savoir qu’il ne partageait pas les objectifs de ce rassemblement.

Nous avons pris connaissance de l’appel à un rassemblement le 14 juillet pour le « retour de cette République que nous voulons plus que jamais libre, égale et fraternelle ». Cette République que « nous voulons », dit l’appel, « c’est la République « laïque, démocratique et sociale » que proclame notre Constitution ; celle du 14 juillet 1789, du rassemblement populaire de 1936 ; celle, enfin, du Conseil national de la Résistance. »

Au NPA, nous ne nous retrouvons pas du tout dans les objectifs affichés dans cet appel et par conséquent nous ne participerons pas à ce rassemblement.

La valorisation de la République nous semble particulièrement mal venue.

Pour notre part, nous dénonçons la Ve République comme un régime antidémocratique et nous nous battons pour l’abrogation de la constitution de 1958.

Si nous célébrons les mouvements populaires de 1789, 1936, 1945, nous ne les confondons pas avec les régimes politiques d’alors.

Pour ne prendre qu’un exemple : 1936, c’est à la fois un mouvement de grève qui a imposé des avancées sociales qu’aucun programme électoral ne suggérait ; un « rassemblement électoral » entre des partis de la bourgeoisie et des partis de gauche fondé sur le respect de la propriété ; un gouvernement, en France, qui met en œuvre la non-intervention en Espagne et participe ainsi à l’écrasement de la Révolution espagnole. Au total, ce ne peut être le « modèle » de la République « libre, égale et fraternelle » que nous opposerions au « sarkozysme » aujourd’hui.

Nous partageons bien sûr bon nombre d’appréciations de cet appel : oui, « [Les plus hautes autorités de l’Etat] ont ressorti le vieux mensonge d’une immigration délinquante, elles pratiquent la politique de la peur et de la stigmatisation », elles ont « donné un label de respectabilité aux idées d’extrême droite, à la xénophobie, à la haine et au rejet de l’autre ».

Unissons-nous donc pour dénoncer cela sans relâche, et exiger l’égalité des droits (dont le droit de vote à toutes les élections pour les résidents étrangers…), l’arrêt des expulsions, la régularisation de tous les sans-papiers, la liberté de circulation, l’abrogation de toutes les mesures et lois discriminatoires, l’arrêt de la stigmatisations de populations transformées en boucs émissaires (Roms, musulmans…), comme nous le faisons dans des collectifs unitaires tels que « D’ailleurs nous sommes d’ici », ou dans le collectif unitaire du Calvados « Respect des droits des étrangers ».

Mais ne confondons pas ces justes combats avec la célébration d’une République enjolivée.

Publicités

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :