Non aux suppressions d’emplois chez Schneider Electric – Bourguébus

La crise n’est pas finie pour les salariés. Dans le bassin d’emploi de Caen, la direction de Schneider Electric a annoncé la suppression d’une quarantaine d’emplois à Bourguébus.

Cette annonce vient après la fermeture de Panavi-Mondeville (80 licenciements), propriété du groupe belge Vandemoortele, et les menaces de réduction des effectifs à MSD Chibret (ex Schering Plough), à Hérouville Saint-Clair, qui appartient au géant américain de la pharmacie Merck. A chaque fois, c’est le même mécanisme : pour accroître la productivité, les grands groupes concentrent la production dans un nombre réduit de sites, avec toujours moins de personnel, voire délocalisent.

 C’est un projet de délocalisation en Chine qui est à l’origine du projet de suppression d’emplois à Bourguébus. Ce projet fait suite à la suppression des 80 emplois des services commerciaux et de recherche, fin 2009. Le site n’employant plus aujourd’hui que 120 personnes, la suppression de 40 postes de travail supplémentaires met en jeu la pérennité de l’établissement.

 C’est ce qu’on bien compris les salariés qui ont débrayé massivement jeudi 23 juin.

 Le NPA apporte son soutien total aux salariés qui luttent pour conserver leur emploi.

 Les travailleurs n’auront pas de répit tant que le droit des patrons à licencier ne sera pas remis en cause.

C’est tous ensemble qu’il faut se battre pour imposer l’interdiction des licenciements. L’ensemble des syndicats et des partis de gauche doivent se mobiliser pour exiger le maintien de l’activité et des emplois à Bourguébus.

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :