Communiqué du Comité de soutien à la révolution tunisienne et arabe de Caen

Après le G8 : aider ou enchaîner les peuples arabes ?

Réunis à Deauville, les chefs d’Etat du G8 ont annoncé un vaste plan « d’aide » aux pays arabes qui ont chassé des dictatures implacables.

Mais comment croire que les saigneurs du monde s’intéressent soudain aux peuples, alors qu’ils soutenaient unanimement les régimes qui les écrasaient il y a quelques mois encore ? En fait, les grandes puissances tentent de maintenir leur contrôle sur une région qui pourrait bien leur échapper.

En effet, les mobilisations populaires se poursuivent tant en Syrie, pour faire tomber la dictature, qu’en Tunisie et en Egypte, pour que la chute des dictatures se prolonge par un changement radical dans la vie quotidienne, pour que la misère et le chômage soient éradiqués. Un grand débat occupe la scène politique tunisienne concernant la date des élections de la chambre constituante, un test pour l’installation d’un véritable débat démocratique en Tunisie.

Les grandes puissances entendent apporter leur soutien financier aux forces qui, au nom de la « stabilité », cherchent en fait à rétablir « l’ordre » pour que les affaires continuent pour le plus grand profit des multinationales.

D’ailleurs, elles n’ont pas annoncé qu’elles renonçaient au remboursement de la dette illégitime contractée par les dictateurs déchus.

Les pays arabes qui cherchent une autre voie que la domination néo-coloniales n’ont aucun intérêt à se laisser enchaîner par les grandes puissances.

Une aide véritable passerait par :

– l’annulation de la dette tunisienne qui ne profite qu’aux banquiers et autres institutions financières.
– la restitution aux peuples des biens des dictateurs et leur entourage placés sous séquestre dans les banques « occidentales ».
– l’accueil et la formation des migrants (1).

Nous nous réjouissons que les soulèvements des populations dans le monde arabe inspirent la jeunesse dans l’Etat espagnol et dans d’autres pays.

Les classes dirigeantes enfoncent le monde dans la crise. Mais, au nord comme au sud, les peuples veulent une « démocratie réelle, maintenant », la fin de l’exploitation et de toute oppression.

Soutenant la révolution en Tunisie et dans le monde arabe, nous souhaitons que ces mouvements d’émancipation se rejoignent et se soutiennent mutuellement.

(1) Le comité de soutien à la révolution tunisienne et arabe conseille aux migrants tunisiens de prendre contact : collectif.tunisie14@yahoo.fr.

Caen, 6 juin 2011

Prochaine réunion du Comité :
mardi 28 juin, 18h30, salle de la maison de quartier du Calvaire Saint-Pierre, Caen (entrée par le côté, arrêt de tram « Calvaire Saint-Pierre »).

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :