G8. L’outrance sécuritaire

12 000 représentants des « forces de l’ordre », une ville en état de siège, un message de peur véhiculé par les autorités : l’ambiance d’avant le G8.

Ils sont sur les dents, ces milliers de policiers, gendarmes ou militaires déjà installés dans la région. Certains n’ont pas apprécié d’être logés comme des milliers d’étudiants dans les trop inconfortables chambres des cités universitaires. Le ridicule ne tue pas. Dans la campagne profonde du Pays d’Auge comme aux abords du moindre rond-point, il n’est pas rare de croiser gendarmes ou policiers en patrouille.

Pour les autorités, la « menace terroriste » justifie un déploiement de force exceptionnel. Pour elles, cette « menace » justifie de suspendre la liberté de circulation. Dans les faits, on a pu constater, par exemple à Strasbourg pour le sommet de l’OTAN, en avril 2009, que le déploiement policier était surtout dirigé contre celles et ceux qui voulaient contester l’ordre des puissants, y compris contre celles et ceux qui manifestaient le plus pacifiquement du monde. Loin d’être un dispositif protecteur, le déploiement policiers s’était révélé être un dispositif agressif.

A Deauville, bouclée par les « forces de l’ordre », la habitants sont invités à venir applaudir les chefs d’Etat. Selon Ouest France, le repas sera offert aux gentils habitants qui s’exécuteront. L’ensemble de l’organisation coûtera quelque 20 millions d’euros.

De l’autre côté de l’estuaire de la Seine, le gouvernement prépare aussi le G8 à sa façon. Cette fois, en distillant la peur des manifestants qui se rassembleront au Havre samedi 21 mai. Les gendarmes passent chez les commerçants pour les inviter à baisser le rideau le jour de la manifestation. Une véritable « stratégie de la tension », ont dénoncé les organisations du collectif havrais de préparation de la manifestation.

Malgré cette intimidation, nous serons au Havre pour dire au G8 : « Dégage ! ». Les saigneurs du monde qui vont se réunir ne nous représentent pas. Comme les espagnols qui se révoltent, nous voulons la vraie démocratie, c’est-à-dire une démocratie où les peuples du monde décident de leur avenir, pas la finance ni les chefs d’Etat à sa botte.

Pour aller en bus au Havre, rendez-vous sur le parking de la piscine de Caen samedi matin à 10h.

Réservez votre place en envoyant un message à g8g20caen@gmail.com, et bonne manif, revendicative, joyeuse et festive !

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :