Contre les expulsions locatives, manifestons samedi 12 mars

Avec la fin de l’hiver, les expulsions locatives vont reprendre, jetant dans le désarroi des milliers de personnes ayant des ressources insuffisantes pour faire face au coût des loyers. La négation du droit au logement est insupportable. Il faut se mobiliser pour interdire les expulsions locatives, exiger la construction massives de logements sociaux.

La construction de logements sociaux reste à un niveau très faible et l’Etat en est largement responsable. Il dépense de moins en moins pour le logement social. Ce désengagement a des répercussions considérables sur les personnes ayant de très faibles revenus et pour qui trouver un toit devient la préoccupation essentielle. Comme à chaque fois que l’Etat diminue ses interventions sociales, les inégalités se creusent. Cette situation est insupportable d’autant que l’Etat dépense dix fois plus pour « aider » des contribuables aisés à acquérir des logements et à les louer au prix fort, quelque fois à ceux-là même qui ne trouvent pas de logement abordable dans le parc de logement public.

De nombreuses associations dénoncent cette véritable « marchandisation » du logement social.

La situation est tellement dégradée que même les ménages reconnus prioritaires par loi DALO (Droit Au Logement Opposable) sont mis à la rue.

Pourtant, le gouvernement aggrave encore la situation avec la loi Hortefeux (LOPPSI2). Cette loi scélératpermet aux Préfets d’expulser en 48 heurs les occupant-e-s d’habitat « hors norme » (yourtes, cabanes, tentes, bidonvilles, caravanes, maisons sans permis, mobil home…), sans l’avis du juge, et de détruire leurs habitations. Environ 200 000 personnes sont concernées.

La crise du capitalisme, c’est aussi la crise du logement. Ce système en vient à priver de toit un nombre de plus en plus important de personnes. C’est une des facettes les plus hideuses de ce système d’injustice et d’inégalités.

Cette année, de nombreuses organisations se sont associées pour faire de samedi 12 mars une grande journée de manifestations pour le droit au logement. Ensemble elles réclament :

– Un moratoire sur les expulsions locatives ;
– La baisse et la régulation des loyers dans le parc privé, des charges et de l’énergie ;
– Le gel des loyers HLM et un soutien financier de l’Etat aux bailleurs sociaux ;
– La revalorisation des aides au logement (APL, AL) ;
– La taxation de la spéculation immobilière et foncière, pour rendre le logement accessible
– Des financements pour produire massivement des logements sociaux (PLUS, PLAI) et la mise aux normes de qualité environnementales et énergétiques, le maintien de la ressource du livret A et la suppression de toutes les mesures de défiscalisation dans l’immobilier
– L’obligation d’accueil digne et adapté de toute personne sans logis jusqu’à son relogement
– Le respect de la loi DALO et l’application immédiate de la loi de réquisition
– L’abrogation de toutes les mesures de marchandisation du logement social (CUS, ventes, démolition, privatisation des bailleurs sociaux…) et de toutes celles qui précarisent les habitant-e-s (loi Boutin, loi LOPPSI2, loi de finances 2011 …).

Le NPA soutient totalement cette plate-forme et appelle à manifester.

Le rendez-vous de la manifestation, à Caen, c’est 15h, place du Théâtre.

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :