Déclaration d’Olivier Besancenot. Contre la réforme des retraites, la lutte continue.

Comme par hasard, le vote du Sénat en faveur de la réforme des retraites a eu lieu juste au moment des journaux télévisés de 20h.

Histoire de bien faire comprendre que la loi étant votée ce n’était plus la peine de protester.

En quelque sorte de la communication s’ajoutant à la répression policière qui s’abat sur les lycéens, les grévistes pour mettre la tête sous l’eau de tous les travailleurs, de tous les jeunes qui résistent et rejettent ce projet qui va enterrer la retraite par répartition.

Mais n’en déplaise à E. Woerth qui prétend dicter aux organisations syndicales ce qu’elles doivent faire, les grèves, les blocages, les manifestations dans de nombreuses régions continuent et continueront.

A la raffinerie de Grandpuits, le gouvernement a essuyé une défaite avec l’annulation de la réquisition prononcée vendredi matin par le préfet de Seine-et-Marne. Mais le pouvoir s’entête. Il veut briser le droit de grève : une seconde réquisition a été communiquée aux grévistes. Raison de plus pour intensifier notre solidarité active à l’égard des grévistes de Grandpuits comme je l’ai proposé à l’ensemble des responsables politiques, associatifs, syndicaux, engagés dans le combat contre cette réforme.

La loi a été votée par le Sénat, mais le combat continue pour son retrait, son abrogation.

Ce gouvernement n’a aucune légitimité politique pour faire adopter cette réforme libérale.

D’ores et déjà, des manifestations sont annoncées à l’appel des organisations étudiantes le 26 octobre, de l’intersyndicale les 28 octobre et 6 novembre.

L’heure est à la poursuite du mouvement de grève, aux blocages, à la solidarité financière avec les grévistes.*

Il faut que les manifestations annoncées soient des succès.

Sarkozy, Fillon, Woerth dehors !

Le 23 octobre 2010

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :