A Lisieux, Caen, Vire : grèves, blocages, occupations…

Les grèves et les blocages économiques se poursuivent partout en France. Vendredi, à Lisieux, une centaine de militants syndicaux de Sud PTT, de Sud Santé, de la CGT, de la CNT, de la FSU et des lycéens ont bloqué totalement dès 6 heures du matin la centrale d’achats du groupe Leclerc. Aucune marchandise n’est entrée ou n’est sortie. Ce même vendredi, à Caen, 300 grévistes avec l’intersyndicale départementale CGT-CFDT-FSU-UNSA-CFE/CGC,CFTC-Solidaires ont bloqué la plate forme de produits frais de Super U dans la zone d’activités Objectifs Sud à Ifs. A Vire, l’intersyndicale avait organisé mardi dernier une journée ville morte de blocage total.

Sarkozy bombe de torse, réquisitionne, menace, mais le bon droit est du côté des opposants à sa réforme. La grande majorité de la population soutient le mouvement de lutte contre la réforme, et même, selon les derniers sondages, souhaite que ce mouvement continue.

Sarkozy veut briser la grève des raffinerie

Après avoir perdu dans l’opinion, face à une mobilisation qui ne fléchit pas, la seule arme de Sarkozy, c’est la répression et la peur. D’un côté, il attaque les grévistes. Ainsi, le Préfet de Seine-et-Marne a réquisitionné les grévistes de la raffinerie de Grandpuits. Au nom de la Défense nationale ! C’est une véritable agression contre le droit de grève. La raffinerie est désormais occupée par des gardes mobiles. L‘intervention policière a été brutale et trois personnes dans le rassemblement de soutien aux grévistes ont été blessés. Le NPA appelle à soutenir les grévistes et à défendre le droit de grève. Lire la déclaration d’Olivier Besancenot.
De l’autre côté, il agite la peur de la jeunesse. Les provocations policières se multiplient, pour que les journaux télévisés puissent diffuser en boucle des images « d’émeutiers » et de « casseurs ». Le syndicat affilié à la FSU de la Protection judiciaire de la jeunesse s’élève contre l’instrumentalisation des jeunes par le pouvoir (lire le communiqué).

Les casseurs sont au gouvernement. Que fait la police ?

Ils cassent nos retraites, ils cassent l’éducation nationale, ils cassent l’hôpital public, ils cassent tous les acquis sociaux concédés depuis 1936, la Libération, Mai 68. Ils cassent car ils veulent leur revanche, réimposer des conditions d‘exploitation dignes du XIXe siècle.
Mais nous ne les laisserons pas faire.

Nous ne lâcherons rien, nous continuons jusqu’à la victoire.

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :