Déferlement populaire contre la réforme des retraites de Sarkozy

Les manifestations contre la réforme des retraites n’ont jamais été aussi nombreuses : 3500 à Lisieux, 3200 à Vire, 50000 à Caen ! Le centre de Caen a été bloqué pendant quatre heures, le temps qu’il a fallu aux manifestants pour rejoindre soit la Préfecture, soit l’Université, selon le point d’arrivée qu’ils s’étaient fixés. C’était une manifestation extrêmement populaire, mêlant tous les âges, des retraités, qui s’étaient donnés un point de rendez-vous pour défiler, aux lycéens venus en nombre.

Les lycéens étaient seulement quelques centaines jeudi, un bon millier vendredi et ce mardi, environ 2000, ensemble dans la rue, derrière les banderoles qu’ils ont fabriquées pour l’occasion. Parmi leurs slogans favoris : « pour les anciens, du repos, pour les jeunes, du boulot !« 

Tous les cortèges étaient beaucoup plus nombreux, plus dynamiques, plus déterminés que lors des manifestations précédentes : celui de la CGT a accueilli beaucoup de celles et ceux qui sont venus manifestés pour la première fois, essentiellement des travailleurs du privé, écoeurés d’être méprisés à ce point par ce gouvernement, celui de Solidaires, avec ces mots d’ordre pour la grève générale ou celui de la FSU.

Qu’on soit CGT ou CFDT, Solidaires ou FO, ou nulle part, personne ne conçoit une seconde que ce mouvement s’arrête sans avoir rien obtenu. Céder les premiers ? il n’en est pas question ! C’est le gouvernement qui devra céder, et même partir avec sa réforme, puisqu’il est rejeté par une majorité de la population.

Ce gouvernement est aussi dangereux : arcbouté sur la défense de sa réforme honnie, il envoie la police contre les manifestants. Il y a quelques jours, la police « protégeait » les locaux de l’UMP. Aujourd’hui, à Caen, 2000 manifestants qui se dirigeaient vers le Medef, intersyndicale en tête, ont été « accueillis » par des tirs tendus de grenades lacrymogènes, faisant trois blessés. Les seules armes des manifestants étaient… des oeufs et des tomates.

Les manifestations se heurtent à l’intransigeance inquiète et agressive du gouvernement. Il faut donc passer un cran au-dessus, transformer la grève en grève reconductible, la généraliser sur tout le territoire.

L’intersyndicale départementale souligne que « déjà, des secteurs d’activité, des entreprises, des collectifs de travail ont reconduit la grève« .

Sans attendre le prochain rendez-vous national, il faut renforcer ce mouvement vers la grève générale, décider la reconduction de la grève en assemblée générale.

Le prochain rendez-vous dans la rue, samedi 16 octobre, doit aussi être un point d’appui pour l’encouragement à partir en grève reconductible. Le blocage économique du pays fera céder le gouvernement.

Pas d’hésitation. Toutes et tous en grève ! Et rendez-vous au meeting unitaire mercredi, 20h30 (Centre de congrès, Caen) et dans la rue samedi prochain.

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :