A Caen, Bayeux, Lisieux, Les lycéens dans la rue

 

Ce jeudi, deux cents lycéens en grève des lycées professionnels Jules Verne et Victor Lépine, ainsi que du lycée Fresnel de Caen, ont traversé le centre ville, puis le campus 1, pour se rendre devant le lycée Laplace, dont les entrées étaient bloquées par les élèves. En cortège, plus de 500 lycéens sont ensuite redescendus en centre ville. Des blocages ont été organisés dans d’autres lycées du département, notamment à Cornu (Lisieux) et Arcisse-de-Caumont (Bayeux). En cause, la réforme des retraites.

« On ne veut pas travailler jusqu’à 70 ans« , disaient ceux de Jules Verne en se dirigeant vers le lycée Laplace, en début d’après-midi. « C’est pour cela qu’on est contre la réforme« . Et puis, retarder le départ des anciens, c’est, en perspective, « encore plus de difficultés pour trouver du boulot pour ceux qui en cherchent« . Les jeunes n’ignorent pas la situation catastrophique de l’emploi. S’ils ne prennent pas la place des plus vieux qui n’aspirent qu’à la laisser, surtout dans l’industrie ou le bâtiment qui sont les secteurs d’activité qui devraient recruter les élèves des lycées professionnels de Jules Verne ou de Laplace, que vont-ils devenir ? Celles et ceux qui envisagent des études plus longues, par exemple à l’Université, se disent qu’avec l’allongement de la durée de cotisation imposé par Woerth-Sarkozy, il ne pourront pas profiter réellement de la retraite. 

Partout en France

Ce jeudi, le mouvement lycéen a démarré dans toute la France. Comme une traînée de poudre, les blocages et manifestations se sont succédés, surtout dans les petites villes ou les villes moyennes.

Ce mouvement ne s’arrêtera pas de si tôt. Le mouvement va s’élargir, pour mettre dans le coup toutes celles et tous ceux qui n’étaient pas encore dans la rue, le plus souvent tout simplement parce qu’ils ignoraient que des actions étaient prévues !

Les assemblées générales organisées dans plusieurs lycées, demain vendredi, et lundi, vont permettre de faire circuler l’information, de répondre aux questions que se posent celles et ceux qui manquent d’information, de discuter des formes d’action permettant de rendre visible le mouvement, et de décider collectivement. Dès aujourd’hui, beaucoup se sont aussi donnés rendez-vous mardi, dans la rue, avec les salariés. Et pour continuer après le 13 octobre, avec toute la population qui rejette la réforme de Woerth et de Sarkozy, jusqu’à la victoire.

La retraite, c’est aussi une affaire de jeunes !

Jeunes, salariés, retraités, tous ensemble pour faire reculer Sarkozy !

Lire le dernier tract du secteur « lycées » du NPA.

 

Publicités

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :