Déclaration du NPA. Après le succès du 23, frapper plus fort encore !

 

Malgré les tentatives d’enfumage du gouvernement, la journée de grèves et de manifestations du 23 septembre a été un franc succès. 3 millions de manifestants, des défilés dans plus de villes et de localités que le 7, le mouvement est loin de s’essouffler. C’est un signe supplémentaire de la profondeur du mécontentement, de l’ampleur du rejet du projet de loi sur les retraites, du discrédit qui frappe le gouvernement et encore plus particulièrement le ministre Woerth.

La tonalité des manifestations était plus combative encore que le 7 septembre et la question de la reconduction se pose dans de nombreux endroits. Des AG sont prévues notamment dans la Chimie en ce sens. Des opérations de blocage de rocades ont eu lieu ce matin, vendredi 24.

L’intersyndicale nationale vient de se réunir et a décidé d’appeler à une nouvelle journée de manifestations le samedi 2 octobre afin de permettre l’expression conjointe du mouvement gréviste et de la majorité de la population qui soutient le mouvement. Elle appelle également à une nouvelle journée de grèves et de manifs le mardi 12 octobre.

Si pour notre part nous souhaiterions que les appels à la mobilisation soient plus radicaux, en terme d’appel à la reconduction des grève, nous appelons à faire des temps forts de mobilisations à l’appel de l’intersyndicale des réussites qui montrent que le mouvement ne faiblit pas, qu’au contraire il s’enracine et progresse. Mais ces temps forts seront d’autant plus forts que la reconduction de la grève sera devenue une réalité dans un maximum d’endroits où cela s’avère possible, d’autant plus fort que les opérations de blocage s’organiseront partout.

Le gouvernement la joue ‘ »droit dans les bottes » mais on a déjà vu des gouvernements adoptant cette attitude contraints à capituler en rase campagne le lendemain. Ce fut le cas en décembre 1995 contre le plan Juppé et en 2006 contre la loi Villepin instaurant un CPE et pourtant votée par le Parlement.

Le dossier des retraites n’est pas clos. Nous pouvons gagner. Les fissures apparaissent à droite car un député, ça cherche d’abord à être réélu et ces gens savent ce qu’il va leur arriver aux prochaines élections si ça continue comme ça. Le mouvement a de la réserve : toutes celles et ceux qui sont contre la politique du gouvernement ne sont pas encore venus battre le pavé. On a vu apparaitre des jeunes dans les manifs du 23 et ce phénomène peut et doit s’amplifier.

Contrairement à ce que dit Woerth, la « pédagogie » du gouvernement est moins efficace que celle des opposants au projet de loi. De plus en plus de monde comprend bien que sous couvert de sauver le système par répartition, il s’agit en fait de le tuer, de forcer à cotiser dans des assurances privées ou des fonds de pension. Personne n’a envie de mourir au boulot. L’argent existe pour conserver la retraites à 60 ans sans augmenter le nombre d’annuités et même en retournant à la situation d’avant 1993, les 37, 5 annuité pour une retraite à taux plein dans le privé comme dans le public. Il suffirait d’y consacrer 3 points du PIB comme le dit Conseil d’orientation des retraites qui n’est pas un organisme infesté de dangereux gauchistes. C’est une question de répartition des richesses : il faut prendre sur les profits pour que nous puissions profiter de nos retraites. Moins d’argent pour les amis de Sarkozy, les Bolloré, les Bouygues, les Bettencourt et leurs collègues du CAC 40, c’est plus d’argent pour nos retraites, la sécu et nos salaires.

Alors on ne lâche rien ! On continue en frappant de plus en plus fort !

Vendredi 24 septembre 2010

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :