Désaveux

 

Sarkozy voulait brouiller le débat sur les retraites en lançant une campagne sécuritaire avec une nouvelle loi répressive. Patatras ! La commission des lois du Sénat vient de rejeter des amendements du gouvernement à cette loi annoncés à Grenoble le 30 juillet dernier et destinés à durcir l’arsenal répressif. Et, le jour même de la grande manifestation contre la réforme des retraites, un sondage d’opinion montre qu’une majorité de la population n’adhère pas à la campagne anti-Roms. Il démissionne quand, Hortefeux ?

C’est le plein de désaveux pour Sarkozy. Premièrement, la campagne gouvernementale d’affolement sur les retraites a fait flop. Une majorité de la population rejette la réforme, et, mieux, trois millions de personnes se mobilisent dans la rue, prêts à continuer.

Deuxième gifle au Sénat, où on n’attendait guère l’opposition de la commission des lois aux amendements à la prochaine loi sécuritaire portant sur les peines planchers, sur les mineurs et sur l’aggravation des peines pour meurtre de policiers. Ainsi, même l’amendement prévoyant « une peine de sûreté de 30 ans ou une peine incompressible » pour les crimes contre un représentant des forces de l’ordre a été rejeté. Crime de lèse-Sarkozy ! Un mois de mise en scène pour ce résultat ! Les Hortefeux et Besson doivent s’arracher les cheveux ! Le Sénat, majoritairement à droite, votera sans doute l’essentiel des autres dispositions répressives mais nous verrons si, en séance plénière, les sénateurs auront le courage de confirmer leur désaveu sur les amendements rejetés en commission.

Pas d’adhésion populaire à la campagne anti-Roms

Troisièmement, à la campagne raciste et sécuritaire du gouvernement, le pays ne répond pas présent. Un sondage d’opinion indique qu’une majorité des personnes interrogés considère que la campagne anti-Roms et anti-immigrés du gouvernement est « contraire aux valeurs de la république française ». Seule la petite minorité dont peut se prévaloir Sarkozy dans les sondages de popularité suit le gouvernement dans sa politique raciste, notamment, hélas, les plus de 65 ans, effrayés par les campagnes d’affolement sur les déficits des retraites et sur l’insécurité. Et encore, un quart des sympathisant de droite n’approuve pas les Besson-Hortefeux.

Ce gouvernement est aux abois. La campagne raciste et sécuritaire a sans doute renforcé le Front national mais pas remis en selle Sarkozy. L’opposition populaire à la loi sur les retraites grandit. Un bras de fer est inévitable, et le gagner est une nécessité vitale pour le maintien des acquis sociaux comme des libertés fondamentales.

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :