Solidaires, CGT, CFDT, FSU, FO : ils ont dit, aujourd’hui…

 

Union syndicale Solidaires :

« (…) Le gouvernement ne renonce pas (…). Un bras de fer est donc engagé. Face à la détermination du gouvernement nous devons faire preuve d’une détermination plus grande encore. Pour l’Union syndicale Solidaires, l’enjeu est aujourd’hui de forcer le gouvernement à céder. Il faut donc s’en donner les moyens. Les salariés doivent discuter et organiser la reconduction de la grève partout où cela est possible et il est de la responsabilité de l’intersyndicale de décider d’une suite à la hauteur des enjeux au 7 septembre, suite qui devrait avoir lieu dans les jours qui viennent. Ce gouvernement ne cédera que contraint et forcé. Imposons-lui le retrait de ce projet ! »

CGT :

« La CGT exige du gouvernement qu’il ouvre rapidement de réelles négociations sur l’avenir des retraites des salariés (…). Forte du succès de la mobilisation interprofessionnelle de ce jour, la CGT proposera demain à l’intersyndicale un programme d’initiatives pour les prochaines semaines contribuant à ancrer et à élargir la mobilisation dès les prochains jours. »

CFDT :

« (…) Face à une telle mobilisation, le jour de l’ouverture du débat parlementaire sur la réforme des retraites, « il faudra que le gouvernement parle vite », sinon « il organisera la radicalité et on n’aura pas d’autre solution que de continuer » met en garde le secrétaire général de CFDT. Il faudra en effet que le gouvernement infléchisse son projet de loi puisque comme le rappelé François Chérèque avant la manifestation, « tant que le gouvernement ne remettra pas en cause les 62 ans et les 67 ans, la réforme ne sera pas acceptable ». « 

FSU :

« (…) Le gouvernement doit entendre ce refus massif, retirer son projet pour ouvrir de réelles négociations sur l’ensemble des questions : âge de départ à la retraite, financement, emploi, pouvoir d’achat, réduction des inégalités homme/femme, minimum garanti, Code des pensions (…). Cette journée exceptionnelle appelle des suites rapides et unitaires pour faire reculer le gouvernement sur son projet injuste. »

FO :

« Pour Force Ouvrière, si le gouvernement et le parlement ne répondent pas, d’autres actions seront bien entendu nécessaires. Ce sera sur la base du retrait ou abandon et dans l’unité d’action. »

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :