27 mai : la riposte, c’est la grève

A peine le « sommet » des ministres des finances européens terminé, à Bruxelles, Sarkozy a réuni un « sommet social » à Paris pour annoncer la « rigueur ». La crise financière est le prétexte à l’accentuation des politiques d’austérité pour faire payer l’addition de la crise aux populations.

Vendredi dernier, Fillon annonçait la « rigueur budgétaire ». En fait, le gouvernement appuie sur le frein des dépenses publiques depuis des mois. Le non remplacement des fonctionnaires partant en retraite en est le symbole. Lundi 10 mai, Sarkozy a annoncé la non reconduction de plusieurs mesures prises en 2009 pour « soutenir la consommation ». La prime de 150 euros versée à trois millions de familles ne sera pas reconduite. Pas plus que la suppression de deux acomptes dus au titre de l’impôt sur le revenu 2008, pour la première tranche d’imposition et juste au-dessus. En revanche, des mesures en faveur du patronat sont reconduites, comme les aides au chômage partiel et à l’embauche d’apprentis et de jeunes en contrat de professionnalisation payés au lance-pierre.

Enfin, Sarkozy a dit une nouvelle fois qu’il n’était pas question d’augmenter le financement des retraites, mais que les travailleurs devraient travailler plus longtemps et au-delà de 60 ans. Le même pour, où, en Grèce, ce lundi 10 mai, le gouvernement « socialiste » de Papandreou faisait entériner sa réforme qui prévoit de repousser à 65 ans le départ en retraite. Sarkozy a aussi annoncé l’augmentation des aides au patronat, cette fois soi-disant pour l’embauche des seniors.

Le commandant en chef de la bourgeoisie nous annonce tranquillement encore plus de sacrifices, encore plus de pauvreté, encore plus de misère, au nom de la nécessaire réduction des déficits… Des déficits creusés par le soutien aux banques, en 2008, celles-là même qui prêtent à des taux d’usuriers aux pays au bord de l’asphyxie comme la Grèce.

Tous et toutes en grève et dans la rue jeudi 27 mai !

La riposte, ce sera le 27 mai. Les syndicats CGT, CFDT, FSU, UNSA et Solidaires appellent à une journée de mobilisation. Selon le gouvernement, la faible mobilisation du 1er Mai serait la preuve que sa réforme est partagée par la majorité des salariés et de la population. Mais cette mobilisation n’en est qu’à ses débuts, la bataille ne fait que commencer et nous devons le montrer dans les semaines qui viennent. Il faut en finir avec l’attentisme entretenu par le gouvernement qui préfère attendre juin pour dévoiler officiellement son plan, et par les directions syndicales nationales qui perdent leur temps dans les « sommets sociaux ».

Sans attendre, préparons une journée de grève, partout, public et privé ensemble. Manifestons nombreux dans la rue. Organisons partout des comités de mobilisation contre l’austérité et pour la défense des retraites.

Meeting unitaire jeudi 27 mai à Caen

A Caen, 14 organisations (AC !, ATTAC, FASE/ANPAG, FSU, GU, MRC, MJC, MJS, NPA, PCF, PG, PS, Solidaires, Les Verts) organisent un meeting unitaire. Ce front commun doit avoir un seul objectif : faire plier Sarkozy, lui faire abandonner ses projets de casse des retraite, stopper la politique d’austérité. Jeudi 27 mai au matin, nous serons dans la rue, et le soir, au Centre de congrès (20h30), pour organiser la suite de la mobilisation.

Nous ne lâcherons rien !

Publicités

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :