4,99 % !

4,99% : ce n’est pas une mauvaise blague. Il manque quelques dizaines de voix seulement à la liste unitaire, anticapitaliste, antilibérale et écologiste pour franchir la barre des 5%.

Un seuil qui donne la possibilité d’avoir des élus. Avec plus de 24 000 voix, le NPA et le PG n’auront aucun élu. Avec moins de 134 000 voix au premier tour, l’UMP, même battue au deuxième tour comme nous l’espérons, aura quand même entre 15 et 17 sièges. 1 siège pour 8000 ou 9000 voix d’un côté, aucun siège pour 24 000 voix de l’autre. En Basse-Normandie, 45,2 % des électeurs inscrits se sont exprimés. Certains appellent cela la démocratie.

L’essentiel reste la gifle infligée au parti de Sarkozy. Battu dans les urnes, il faut le battre dans la rue pour stopper la spirale infernale du recul social. Rendez-vous le 23 mars… et après.

Ci-dessous le communiqué commun du NPA et du PG :

La droite sort affaiblie de ce premier tour de scrutin des régionales. La droite est minoritaire dans le pays, la politique de Sarkozy n’est approuvée que par une toute petite partie de la population, y compris dans notre région. En Basse-Normandie, le Front national et le MODEM ne concrétisent pas leurs espérances d’être présents au second tour. C’est une bonne nouvelle.

En revanche, la remontée du Front national dans plusieurs régions est une sérieuse source d’inquiétude.

Sarkozy et la droite n’ont aucune légitimité pour continuer leur politique de casse sociale. Leur réforme des retraites doit subir le même sort que les candidats de l’UMP. Cette réforme ne doit pas passer. Nous le dirons avec force dans la rue, le 23 mars, journée d’action, de grève et de manifestations appelée par les principales organisations syndicales.

Toutefois, le grand vainqueur du premier tour est aussi, une fois encore, l’abstention, très importante dans les bureaux de vote des quartiers populaires et parmi la jeunesse. Si le rejet de Sarkozy domine, et explique le succès relatif du PS et d’Europe Ecologie-les Verts. L’abstention populaire marque aussi la défiance d’une grande partie de la population face à la majorité de gauche sortante. En effet, cette majorité, au pouvoir dans les conseils régionaux depuis six ans, n’a pas érigé les Régions en contre-pouvoir face à l’Etat central.

La liste unitaire anticapitaliste, antilibérale et écologiste en Basse-Normandie réalise un bon score frôlant les 5% (4,99%). Un système électoral injuste prive 24 000 électeurs bas-normands de la possibilité d’être représentés dans l’Assemblée régionale.

Pour autant, l’unité des forces anticapitalistes, antilibérales et écologistes trace la voie à suivre. Cette unité se nourrira des luttes sociales qui ne manqueront pas de se développer face au pouvoir en place et restera une alternative face à la gauche sociale-libérale.

Le NPA et le PG appellent les électeurs à battre la droite le 21 mars, à refuser leur vote à l’UMP et à ses alliés.

Lundi 15 mars 2010

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :