L’EPR et les irresponsables

 

Fillon a qualifié d’irresponsables les militants antinucléaires qui ont rendu public une document interne d’EDF montrant la dangerosité du réacteurs nucléaire EPR. Le Réseau Sortir du nucléaire a répliqué que les irresponsables sont ceux qui ne voient pas que le monde de demain doit être un monde sans nucléaire. Mercredi soir, Christine Coulon a demandé aux électeurs de faire du scrutin du 14 mars un référendum contre l’EPR en votant pour la liste unitaire du NPA et du PG, la seule qui réclame l’arrêt du chantier à de l’EPR à Flamanville dans la Manche.

En 2004, les élus Verts au Conseil régional s’étaient abstenus sur la motion de soutien à l’EPR votée par la majorité pronucléaire (PS, PCF, UMP…) du Conseil régional. La « solidarité de gestion » de la majorité de gauche avait prévalu sur les convictions antinucléaires des militants. En 2010, les prises de position antinucléaires ont disparu des professions de foi d’Europe Ecologie-Les Verts. La liste unitaire, anticapitaliste, antilibérale et écologiste du NPA et du PG se trouve être la seule à se battre pour une Basse-Normandie écolo, sans nucléaire, sans terminal charbonnier, sans ligne LVG énergétivore, une Basse-Normandie favorisant la sobriété énergétique les énergies renouvelables et les transports gratuits de proximité.

Le NPA reste aux côtés des militants antinucléaires qui ne renoncent pas, qui continuent à se battre pour l’arrêt du chantier de Flamanville.

Ci-dessous, le communiqué du Réseau Sortir du nucléaire

Monsieur Fillon, qui sont les irresponsables ?

Lundi 8 mars, à la tribune de l’OCDE, le Premier Ministre français a traité « d’irresponsables » certains antinucléaires, qui ont simplement rendu public un document interne à EDF. Ce document révèle que le réacteur nucléaire EPR peut créer une catastrophe de type Tchernobyl.

Mais alors, Monsieur Fillon, qu’est-ce qu’être « responsable », pour vous ? Prétendre que des frontières arrêtent un nuage radioactif ? Vendre à des pays politiquement instables une technologie mortelle ? Exporter et stocker en Russie des tonnes de déchets nucléaires, qui seront encore nocifs dans des milliers d’années ? Les faire circuler dans des trains qui traversent à heures fixes nos villes et nos campagnes ? Engranger d’énormes bénéfices sans se soucier de la santé, de la nature et de la vie future ? Faire croire que le nucléaire serait une « solution » au réchauffement climatique, contrairement à ce que démontrent toutes les études sérieuses ? Distinguer nucléaire civil et nucléaire militaire, alors même que ce sont les deux faces indissociables d’une même technologie ? Envoyer des intérimaires, sans formation adaptée, au coeur des centrales ? Faire des essais nucléaires dans des zones habitées ? Cacher pendant des décennies les dégâts de ces essais sur la santé et l’environnement ? Amasser assez de bombes pour faire exploser plusieurs fois la planète ? Imposer le chauffage électrique domestique pour justifier le choix français du tout nucléaire ? Construire des centrales dans des zones inondables ou sismiques ? Oublier des kilos de plutonium dans le recoin d’une installation nucléaire ? Importer du courant électrique en plein hiver, au prix fort, depuis des centrales thermiques au charbon, parce que vos réacteurs nucléaires sont inadaptés aux pics de consommation ? Soutenir des régimes autoritaires dans les pays exportateurs d’uranium ? Construire un réacteur qui ne résisterait pas au crash d’un avion de ligne ?

Monsieur Fillon, vous faites partie de ceux qui cherchent vainement à caricaturer, diviser et diaboliser les antinucléaires pour tenter de masquer les échecs cuisants du lobby de l’atome. Même si ses déchets resteront dangereux pour les petits-enfants des petits-enfants de nos petits-enfants, le nucléaire, civil ou militaire, appartient déjà au passé. C’est ce qu’ont compris de nombreux pays européens : le Danemark, la Grèce, le Portugal, l’Irlande, le Luxembourg, qui n’ont jamais développé de programme nucléaire ; l’Espagne et l’Allemagne, qui se sont engagées sur la voie de la sortie du nucléaire ; l’Autriche qui a déclaré anticonstitutionnel le recours à l’énergie nucléaire. Nos voisins européens sont-ils aussi des « irresponsables », M. Fillon ?

Nous serons nombreux le 26 avril prochain, jour anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl, pour vous dire que les irresponsables, aujourd’hui, sont ceux qui refusent de voir que l’avenir est à la sobriété énergétique et aux énergies renouvelables, pour un monde sans nucléaire. Quant à vos « responsabilités », elles sont en effet bien réelles : vous devrez en répondre devant les citoyens français et devant les générations futures.

Publicités

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :