Début d’année, début de la fin pour Chatel ?

 

Pendant un mois avant les vacances, plusieurs milliers de lycéens ont défilé dans les rues contre la réforme Chatel. Sa réforme ne vient pas toute seule. Elle s’inscrit dans toute la politique de l’UMP, notamment dans l’enseignement supérieur, les lycées pro, les collèges…

Les réformes de l’Éducation vont toutes dans le même sens, et pas qu’en France. En Italie, les lycées doivent se débrouiller pour trouver leurs financements, y compris en faisant appel au privé. Quand on a un diplôme financé par une entreprise, son contenu est adapté à ses besoins. Il n’est pas reconnu comme une qualification par les autres boîtes. Il n’est pas reconnu par toutes les universités, il ne donne pas accès à toutes les études. En Angleterre, des lycées proposent des diplômes Mac Donald.

En France, des universités proposent des licences professionnelles « Chargé de compte Crédit Mutuel » (Université de Nanterre) ou Chargé de rayon Carrefour (Université de Marne-la-Vallée). Ces diplômes ne donnent pas accès à la poursuite d’études. Or, aujourd’hui, pour avoir un emploi à peu près stable et bien rémunéré, il faut un bac+5 (c’est par exemple ce qui est désormais demandé pour passer le concours pour devenir prof). Là, on a des études qui nous destinent à des bac+2 ou des bac+3 et qui n’ont pas de reconnaissance dans toutes les entreprises, alors qu’elles permettraient d’y travailler. La réforme des bacs pro donne des diplômes moins reconnus et en prive carrément ceux qui voulaient passer un BEP.

La réforme Chatel s’inscrit complètement dans ce cadre. Ce que propose Chatel, c’est de faire des parcours plus individualisés. On choisirait une filière, mais il n’y aurait qu’une petite partie d’enseignements et d’épreuves communs à tout le monde. La majeure partie du bac serait composée d’enseignements et d’épreuves différents d’un élève et d’un lycée à l’autre. Ca signifie pas le même bac pour tout le monde !

La disparition de l’histoire-géo en terminale S est un aspect de cette politique. Le gouvernement veut donner moins de contenus à tous les diplômes et moins de possibilités de débouchés.

Ca nous concerne en tant que lycéens mais aussi en tant que futurs étudiants et salariés.

Jeudi 14 janvier : mobilisation lycéenne !

Nous sommes très nombreux en France à rejeter cette politique. Il faut qu’on soit tous mobilisés. En décembre, on a fait un tour de chauffe. Maintenant, il faut aller plus loin ! Le 14 janvier aura lieu une journée nationale de grève et de manifestation lycéenne. Dès maintenant, nous devons nous organiser pour préparer cette journée et être très nombreux ce jour là pour rejeter la réforme de Luc Chatel et sa politique.

– Non aux livrets de compétences et à l’individualisation : les mêmes épreuves et le même bac pour tous !

– Des diplômes nationaux et de qualité, non à la baisse des contenus et à la suppressions des matières ; rétablissement des BEP et bac pro 4 ans !

– Arrêt des suppressions de postes ! Embauche des personnels nécessaires, des moyens à la hauteur des besoins !

– Droit de grève, banalisation des cours les jours de manif !

– Non aux flics sur les lycées ! Non aux brigades d’intervention, à la vidéosurveillance et aux détecteurs de métaux !

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :