La crise ? Connais pas !

 

Vingt patrons parmi les plus grandes sociétés françaises ont empoché en moyenne une plus-value de 915 000 euros grâce à leurs stock-options. Jean-Pascal Tricoire, président du directoire de Schneider Electric, a été gâté par son conseil d’administration. Il a été gratifié de 45 000 options au plus bas du cours de l’entreprise en bourse, en février dernier. Grâce à la remontée du cours, il peut espérer aujourd’hui une plus-value de un million d’euros. Alors que le groupe planifie des suppressions d’emplois, notamment à Bourguébus, près de Caen.

Jean-Pascal Tricoire n’est pas dans le besoin. Avec ses 45 000 options à 52 euros en poche, alors que le cours en bourse file vers les 80 voire 90 euros, il peut faire des projets d’avenir à un million d’euros. Les salariés du groupe menacés de licenciement, eux, ont un avenir plus sombre. Le site de Bourguébus de Schneider Electric (240 salariés) est même menacé de disparaître.

Le président du directoire de Schneider Electric n’est pas un cas particulier. Selon le magazine l’Expansion, « une vingtaine de dirigeants des cent plus grandes sociétés françaises conserveront du terrible cru économique 2009 un avenir sonnant et trébuchant. Grâce à leurs stocks-options, il ont réalisé en moyenne une plus-value de 915 000 euros chacun ».

Ainsi va la vie dans le monde capitaliste. Licenciements, chômage, austérité, misère d’un côté, le côté de la grande majorité de la population. En face, une invraisemblable accumulation de richesses pour une toute petite minorité.

Les belles phrases des chefs d’Etat sur la moralisation du capitalisme doivent être prises pour ce qu’elles sont : du blabla destiné à parer à la colère légitime contre ce système fondé sur l’exploitation du travail humain pour le profit de quelques uns.

Les salariés de Schneider Bourguébus, pour leur part, continuent leur mobilisation pour le maintien des emplois : voir sur notre site la vidéo Bourguébus ville morte à l’occasion d’une action le 14 décembre. Prochaine mobilisation importante : le 26 janvier, devant le direction France de Schneider en région parisienne.Dans la filière électrique et électronique, ceux de ST Ericsson-Colombelles sont dans la même galère. Leur outil de recherche et de production est utile mais la stratégie des grands groupes internationaux prévoit quand même leur suppression. Cela est d’autant plus scandaleux que ST Ericsson appartient pour partie à STMicroelectronics, c’est-à-dire à l’Etat français qui en est un des actionnaires. STMicroelectronics est aussi très grassement subventionné par l’Etat, la communauté européenne et les collectivités locales. Pas étonnant que les démarches auprès des autorités publiques n’aient à ce jour pas abouti. Le gouvernement soutient de fait les stratégies des multinationales et même les encourage, en maintenant les programmes d’ « aides » à ces entreprises.

Freescale est un autre groupe ayant planifié des licenciements : 821 exactement, à l’usine de fabrication de composants de Toulouse. De plus, la direction tente de licencier deux délégués syndicaux, l’un de la CFDT, l’autre de la CGT. L’Inspection du travail a rejeté la demande de licenciement, mais le groupe américain, ignorant sans doute le droit du travail en France, fait appel !

Toute la filière est dans la tourmente. Les actionnaires veulent profiter de la crise économique pour restructurer à tout-va et accélérer les délocalisations, en broyant les résistances.

C’est dans l’unité de tous les travailleurs, de ST Ericsson à Freescale et à Schneider que nous pourrons stopper cette vague de licenciements et de fermetures de sites.

Dans toutes les entreprises, exigeons le maintien de tous les emplois et l’interdiction de tout licenciement !

Il faut le dire clairement : si les actionnaires sont défaillants et ne veulent pas assurer la pérennité des sites et des emplois, l’Etat doit placer les entreprises sous contrôle public et sous contrôle des salariés, et réorganiser toute la branche pour maintenir la recherche et les productions utiles socialement et écologiquement !

 

 

Publicités

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :