Le scandale de la pauvreté dans un pays riche

 

Selon les chiffres officiels, 8 millions de personnes vivaient en France en dessous du seuil de pauvreté en 2007 (soit avec moins de 908 euros de revenus mensuels). Plus de 13% de la population !

La moitié, soit quatre millions de personnes, vivaient avec moins de 740 euros par mois et un peu plus de deux millions avaient moins de 630 euros.

Ces maigres revenus des personnes pauvres proviennent pour un tiers des prestations sociales (prestations familiales, allocations logements…). En 2007, le plafond du RMI pour une personne seule était de 455 euros par mois et de 682 euros par mois pour une personne seule avec un enfant ou un couple sans enfant.

Parmi les personnes pauvres, on trouve beaucoup de chômeurs non indemnisés ou mal indemnisés par l’assurance-chômage : 10% des chômeurs ont moins de 578 euros par mois pour vivre. Beaucoup d’étudiants aussi : 10% des étudiants survivent avec moins de 725 euros par mois. De plus en plus, parmi les personnes pauvres, on trouve aussi des travailleurs : près de deux millions des pauvres de 2007 ont en effet un emploi, très faiblement rémunéré. La pauvreté touche également 30% des famille monoparentale (en général la mère et ses enfants).

La proportion de personnes pauvres selon la définition officielle tend à s’accroître, avant même le déclenchement de la crise économique en 2008, la population pauvre totale passant de 7,8 mllions de personnes en 2006 à 8 millions en 2007.

Cette pauvreté qui s’accroît est un véritable scandale. A l’autre extrémité des revenus, la richesse s’accroît et s’exibe sans complexe. Loin d’être une solution, le RSA institutionnalise la précarité financière.

Le NPA réclame un revenu minimal de 1500 euros pour toutes et pour tous, que l’on ait un emploi ou pas.

Publicités

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :