Les salariés de ST Ericsson manifestent contre la fermeture du site de Colombelles

Ils sont furieux, les ST Ericsson de Colombelles, et il y a de quoi. Ils font aujourd’hui les frais des restructurations des grands groupes de l’électronique qui profitent de la crise pour « faire le ménage » et délocaliser un maximum de productions. Venant de NXP (ex-Philips), les 114 salariés concernés travaillaient dans la branche téléphonie mobile de NXP avant d’être « repris » dans une nouvelle société, ST Ericsson, filiale commune de STMicroelectronics et de Ericsson créée en février dernier.

Aujourd’hui, ST Ericsson veut fermer le site de Caen (plus de 100 emplois), et veut imposer 50 « départs volontaires » et 100 suppressions d’emplois en sous-traitance surtout sur les sites de SophiaAntipolis et de Grenoble. A quoi il faut ajouter 430 licenciements en Suède, 200 aux USA, plusieurs dizaines dans d’autres pays. Au total 1 200 suppressions d’emplois.,

STMicroelectronics est ce groupe franco-italien (detenu à13,75 % par l’Etat français) qui bénéficie des largesses financières des pouvoirs publics (Etat et collectivités locales), accumulant les « aides » notamment pour développer des programmes de nanotechnologie  (480 millions d’euros pour son site de Crolles, dans l’Isère, versés par l’Etat, et 180 millions versés par les collectivités locales).

Ces subventions permettent aussi à STMicroelectronics de racheter des concurrents,  avec au passage des centaines de licenciements. Des concurrents nommés NXP (qui lui aussi a bénéficié des aides publiques) ou Ericsson, qui, de leur côté sont trop heureux de confier à STMicroelectronics et à sa filiale ST Ericsson le soin de licencier, en France, en Finlande, en Suède ou en Allemagne… Et la boucle est bouclée…

Cette année, STMicroelectronics est engagé dans un vaste plan de restructuration interne pour « économiser » 1 milliard de dollars d’ici 2010. Dans la filiale ST Ericsson, le plan se traduit par 1 200 licenciements, avec la fermeture du site de Colombelles, avec la complicité des pouvoirs publics. En mai dernier, les dirigeants du groupe se permettaient de manifester une « grande confiance dans l’avenir », et d’enregistrer avec satisfaction une forte montée en bourse, dopée, comme souvent, par l’annonce du plan d’économies internes et des licendiements. En revanche, pas d’austérité côté actionnaires, puisque l’assemblée générale du groupe a validé la proposition de versement d’un dividende de 0,12 dollar par action. Un dividende, lui, épargné par la crise.

C’est toute l’industrie des semi-conducteurs qui se restructure : annonce de 800 licenciements à Frescale Toulouse en avril, voire fermeture du site, annonce de 400 licenciements chez Altis Semiconductor (filiale d’IBM et de Infineon) à Corbeil-Essonnes en mai. La crise a bon dos. En fait, engagés dans une compétition féroce, les grands groupes préparent la délocalisation des productions en Asie.

A ST Ericsson, comme chez Frescale, STMicroelectronics ou Altis, la lutte démarre contre les suppressions d’emplois. Le NPA apporte son soutien le plus total aux salariés de ST Ericsson de Colombelles qui multiplient les actions pour alerter la population et les pouvoir publics.

Ensemble, il faut exiger :

– l’arrêt du versement d’aides publiques aux groupes qui licencient et le remboursement des aides déjà versées ;

– l’interdiction des licenciements, sous peine d’expropriation des actionnaires, pour le maintien de tous les emplois, de tous les sites de recherche et de production ;

– la mise sous contrôle public et sous contrôle des travailleurs de l’ensemble de la branche des semi-conducteurs en France.

Un travailleur de StEricsson lors de la manifestation interprofessionnelle du 26 mai à Caen

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :