Les réacs ne doivent pas faire la loi. Egalité des droits !

20 janvier 2013

La droite raciste et homophobe et les tenants de l’ordre moral sont à l’offensive. Le gouvernement tergiverse et encourage le camp réactionnaire. Mobilisons-nous pour l’égalité des droits, le 26 janvier à Caen et le 27 janvier à Paris.

L’église, l’UMP, le FN, l’ultra-droite et tout ce que la France compte d’intégristes ont communié dimanche 13 janvier contre le droit au mariage pour tous et toutes. Pour les grenouilles de bénitiers et autres tenants de l’ordre moral, c’est la manifestation de l’intolérance et de l’homophobie décomplexées. Pour la droite c’est l’occasion de faire une démonstration d’opposition au gouvernement alors qu’elle a bien du mal à trouver des sujets pour se démarquer sur les terrains sociaux et économiques.

Le gouvernement tergiverse

L’accès au mariage et à l’adoption est une mesure de justice autant que d’urgence, pour mettre fin à des situations parfois dramatiques. Ce sont aujourd’hui 100 000 à 300 000 enfants qui vivent dans des foyers homoparentaux. Des enfants qui ne sont pas moins « équilibrés » et épanouis que les autres, mais dont les familles n’ont pas d’existence légale. L’un de leurs parents n’a aucune responsabilité, aucun droit, notamment de garde en cas de décès du parent « légal ».

Le projet de loi est en dessous du minimum nécessaire : la procréation médicalement assistée (PMA) pour les lesbiennes a été abandonnée, alors que les femmes hétérosexuelles y ont accès ; les étrangers et les étrangères ne pourront épouser une personne du même sexe que si le mariage pour les couples homosexuels existe dans leur pays d’origine…

Avec le mariage pour tous et toutes, le gouvernement se contente d’une mesure minimale, qui lui permet de se redonner un vernis de gauche. Il compte nous faire oublier à peu de frais qu’il coupe les budgets des services publics, supprime des dizaines de milliers d’emplois, laisse faire les licenciements et casse le droit du travail… Qu’il poursuit la politique d’expulsions de Sarkozy et oublie une autre promesse du PS, le droit de vote pour les étrangers et les étrangères. Non, l’égalité entre toutes et tous, ce n’est pas pour tout de suite.

Les reculs du gouvernement ne font qu’encourager et renforcer le camp réactionnaire.

Toutes et tous dans la rue pour l’égalité des droits

Des manifestations unitaires sont organisées à partir du 19 janvier dans différentes villes et le 27 janvier à Paris, pour exiger l’égalité et refuser de laisser la rue aux fachos et aux réactionnaires. A quelques jours du vote de la loi, nous devons être le plus nombreuses et nombreux possible pour peser dans le rapport de force.

Le racisme, le sexisme et l’homophobie sont autant de poisons pour diviser celles et ceux qui subissent la crise, l’austérité, les attaques patronales. L’égalité des droits est donc une question de justice sociale autant que de lutte pour l’unité de celles et ceux qui subissent l’exploitation, l’oppression, les discriminations.

L’opposition de droite choisi le terrain de la haine et de intolérance rien de plus normal. En face, il y a besoin d’une opposition de gauche qui ne cède rien sur l’égalité totale des droits concernant non seulement le mariage mais l’adoption, la filiation, la PMA pour les homosexuelLEs, les droit de vote pour les résidentEs étrangeREs, la régularisation de touTEs les sans-papiers.


A Caen, rendez-vous samedi 26 janvier, 14h30, place Bouchard. Lire l’appel unitaire auquel s’associe le NPA.

Pour aller à Paris dimanche 27 janvier, un service de bus est organisé. Pour s’inscrire et réserver sa place, cliquez ici.



Communiqué du NPA. Non à l’intervention militaire française au Mali

13 janvier 2013

Qui a dit que la Françafrique c’était fini ? Hollande n’avait pas de mots assez durs lors de sa campagne pour dénoncer la politique de domination de l’Afrique par la France. Au mois d’octobre lors de son déplacement à Dakar il déclarait même  » Il y a la France et il y a l’Afrique ! « Tu parles Charles !

3 mois après il annonce le déclenchement de l’intervention militaire au Mali ! Il est passé du « nous n’interviendrons pas » au « nous protégerons nos ressortissants » pour finir à l’intervention directe.

L’ancienne puissance coloniale n’entretient pas des troupes sur ce continent pour rien. Elle poursuit, dans la tradition de tous les gouvernements qui se sont succédés, son rôle de gendarme, pour protéger ses intérêts, pour soutenir les gouvernements qui sont à sa botte. La menace islamiste constitue le paravent de cette opération militaire.

Le NPA dénonce cette intervention militaire impérialiste décidée par Hollande, une fois de plus sur le dos des peuples ! Ce n’est pas de cette façon que les maliens se libéreront de tous les fondamentalismes.

Montreuil, le 11 janvier 2013


S’informer sur la situation au Mali sur le site du NPA.



Soutien aux sans papiers en grève de la faim !

11 janvier 2013

À Lille, plusieurs dizaines de sans-papiers ont commencé une grève de la faim pour obtenir leur régularisation et celle de leurs proches. Le gouvernement reste inflexible. Deux grévistes de la faim ont même été expulsés du territoire ! Mais les soutiens aux sans-papiers s’organisent. A Caen, le Collectif 14 pour le Respect des Droits des Etrangers appelle à une manifestation de soutien lundi 14 janvier devant la Préfecture.

Le changement d’équipe au pouvoir n’a pratiquement pas modifié la politique migratoire. La circulaire Valls du 28 novembre dernier, en multipliant les critères de régularisation, le prouve à nouveau. Par l’espoir qu’elle a suscité chez les sans-papiers, elle pourrait bien se retourner contre eux : les dossiers hors des clous risquent de valoir à leurs détenteurs non pas une autorisation de séjour, mais un avis d’expulsion !

Au rayon expulsion, Valls vient d’ailleurs de donner la preuve de ce dont il est capable : deux sans-papiers lillois ont été expulsés menottés et bâillonnés le 30 décembre dernier alors qu’ils participaient à la grève de la faim… Même Guéant, même Sarkozy n’avaient pas osé s’en prendre aux grévistes occupant agences d’intérim et chantiers du bâtiment en 2009 et 2010 ! Le 28 décembre, la préfecture du Nord affirmait : « aucune procédure d’éloignement ne sera engagée à l’encontre d’une personne étrangère ayant déposé une demande de titre de séjour dans le cadre [de la grève de la faim] ». Deux jours plus tard, Ahmed B. et Azzedine B., grévistes arrêtés le 21 décembre lors de l’évacuation d’une église par la police et placés en centre de rétention, étaient expulsés vers l’Algérie.

Dans ces conditions, le soutien aux sans-papiers est décisif. Il s’agit de faire parvenir aux grévistes un message de solidarité, de les aider à tenir. Il s’agit de faire comprendre au gouvernement que nous le tiendrons responsable de tout drame qui pourrait frapper les grévistes, qui en sont au jour où nous écrivons à leur 70ème jour de grève de la faim. Il s’agit de ne pas le laisser mener en notre nom une politique xénophobe dont la principale conséquence n’est pas de diminuer les flux migratoires mais de livrer les étrangers à la merci des marchands de sommeil, des réseaux mafieux de toutes sortes, de l’exploitation la plus cynique et violente.

La solidarité avec les sans-papiers s’étend, avec des rassemblements à Marseille, Bordeaux, Paris, Toulouse…

A Caen, le Collectif 14 pour le Respect Des droits des Etrangers appelle à une manifestation de soutien lundi 14 janvier, à 18h, devant la Préfecture du Calvados. Le NPA invite à y participer très nombreuxEUSES !

Le NPA revendique :

- la régularisation de tous et toutes les sans-papiers.
– la liberté de circulation. Capitaux et marchandises circulent librement. Les hommes doivent pouvoir en faire autant.


Communiqué du Collectif 14 pour le Respect des Droits des Etrangers

Le « Collectif 14 pour le Respect des Droits des Étrangers » suit avec inquiétude la situation des grévistes de la faim des sans papiers de Lille. Notre collectifs par ce message tient à leur apporter son total soutien. Ce jour jeudi 10 janvier est leur 70ème jour de grève de la faim. Les choses sont désormais dramatiquement simples : des vies sont en jeu.

Or nous constatons que le gouvernement continue de jouer l’épreuve de force contre ces femmes et ces hommes dont le seul crime est d’exiger d’être traitéEs dignement. Il joue le pourrissement de la grève en refusant toute ouverture au risque d’un drame qui peut arriver à n’importe quel moment.

Cette situation est indigne et humiliante. Elle doit cesser.

Nous réaffirmons nos revendications :
– la régularisation de tous les sans papiers
– l’arrêt des expulsions
– la fermeture de tous les centres de rétentions.

Le Parti Socialiste de François Hollande, Emmanuel Valls et Martine Aubry doit agir maintenant pour la régularisation immédiate et sans condition des sans-papiers de Lille et agir pour le retour des expulsés.

Le « Collectif 14 pour le Respect des Droits des Étrangers » appelle à une manifestation de soutien lundi 14 janvier à 18h00 devant la préfecture de Caen

Caen le 10 janvier 2011


Lire l’interview de Roland Diagne, porte-parole du Comité de Sans-Papiers du Nord (CSP 59).

Lire l’article « Faut-il mourir pour avoir des papiers ? ».


affiche_sanspapiers


Égalité des droits : rassembler contre la réaction

9 janvier 2013

Avec Manuel Valls, le gouvernement se met dans les pas des Hortefeux et Guéant. Pour l’égalité des droits homos hétéros, le gouvernement tergiverse. Du coup la droite et l’extrême droite se sentent pousser des ailes. Les partisans de l’égalité seront à leur tour dans la rue, notamment le 27 janvier à Paris. Un bus sera affrété au départ de Caen. Pour le NPA, cette manifestation doit être l’occasion de faire converger les combats pour l’égalité des droits.

Les derniers jours de 2012 laisseront à toutes celles et tous ceux qui luttent depuis des années pour la régularisation de tous les sans-papiers un goût amer. Celui d’un premier flic de France, soi-disant « socialiste », droit dans ses bottes, assumant de livrer aux autorités algériennes deux grévistes de la faim, arrachés à leurs camarades de lutte, expédiés dans un sinistre camp de rétention puis embarqués de force sur un vol Paris-Alger.
Que pouvait-on faire de pire en matière d’affichage de la politique que l’on entend mener en ce qui concerne les plus opprimés, les plus exploités par le patronat que ces expulsions ? Qu’y-a-t-il de différent avec les pratiques révoltantes de la droite que nous n’avons cessé de dénoncer pendant le règne de Nicolas Sarkozy ? Tel un Hortefeux ou un Guéant, Manuel Valls n’est habité que par une obsession, celle de ne pas apparaître comme laxiste par rapport aux exigences de la droite et de l’extrême droite. C’est toute une politique de renoncement qui est en train de se mettre en place, et qui ne concerne pas seulement l’abdication devant la loi du marché, mais aussi l’abandon des promesses timides contenues dans le programme de Hollande.

Concentration homophobe et raciste

Devant un tel profil de capitulation, la droite et l’extrême droite se sentent pousser des ailes, et fortes du succès de leur première manifestation contre le mariage pour touTEs, elles entendent faire du 13 janvier une grande journée de mobilisation qui dépasserait la seule question du mariage. Leurs ambitions sont énormes, et d’ores et déjà cette journée est présentée comme un véritable bras de fer avec le gouvernement. Par trois cortèges convergents, la réaction entend nous faire un remake des manifestations en faveur de l’école « libre » en 1984. Le ban et l’arrière-ban sont convoqués à cette occasion pour participer à une sorte de référendum de rue contre un gouvernement qui représenterait les « valeurs de la gauche ».
L’UMP, pressée de tourner la page du fiasco de l’élection de son président, en fait un élément majeur de sa rentrée politique. Les groupes Nationalité citoyenneté identité, et Égalité réconciliation tentent – seuls pour l’instant – de transformer l’objectif initial de la manifestation pour en faire également un grand raout raciste et xénophobe. Seul le Front national semble aujourd’hui embarrassé par ce qu’il décrit comme un « dérivatif » par rapport à la situation sociale. Peu désireux de se compter face à l’UMP, ses responsables devraient y participer en ordre dispersé.

L’égalité vraiment pour touTEs !

De notre côté, la réussite de la manifestation massive et dynamique du dimanche 16 décembre a sans conteste été un formidable moment de mobilisation qui permet d’envisager la suite avec optimisme, et le grand rassemblement du 27 janvier devrait concrétiser l’exigence de ne pas accepter une loi au rabais, dénaturée par la remise en cause du droit à la procréation médicalement assistée. Mais, pour cette manifestation du 27 janvier, les anticapitalistes ne sauraient limiter leurs revendications en matière d’égalité au seul droit au mariage, même si cette échéance reste un enjeu central dans l’affrontement avec la réaction. Au-delà du droit au mariage pour touTEs, c’est la question générale de l’égalité des droits qui est posée. Elle englobe la question de la régularisation de tous les sans-papiers, travailleurs ou pas, du droit de circulation, et du droit d’installation. Nous n’entendons pas, en tant qu’anticapitalistes, définir des priorités entre les oppressions, et la question du droit de vote pour tous les étrangerEs, à toutes les élections nous paraît une échéance tout aussi centrale que les autres.
Face à la répression des sans-papiers et à la systématisation des expulsions, face à la montée du racisme et de l’islamophobie, face à la montée de l’intolérance et à l’émergence de groupes ouvertement fascistes, c’est à la reconstruction d’un mouvement unitaire et offensif que nous somme confrontés. Il y a urgence, le NPA en fera une de ses priorités dans les semaines à venir.


Pour le bus au départ le 27 janvier, on peut réserver sa place en s’inscrivant sur le site de Melting pomme, l’association des étudiantes et étudiants LGBT de l’Université de Caen : http://www.meltingpomme.fr/27janvier-bus/ (prix : 10 euros).



Luttes pour le service public dans le Calvados. La Poste à Orbec, la maternité à Vire

8 janvier 2013

A Orbec, le bureau de distribution du courrier est menacé. Les postiers se sont mis en grève. La création d’un comité de soutien est en cours. A Vire, le combat pour le maintien de la maternité continue. Une manifestation est en préparation pour le 12 janvier.

Prétextant la baisse du volume de courrier, la direction de La Poste voudrait fermer le bureau de distribution du courrier d’Orbec. Mais cette fermeture se traduirait par une dégradation de la qualité du service public et par l’aggravation des conditions de travail des postiers. C’est pourquoi les postiers s’y opposent fermement et s’adressent à l’ensemble de la population pour obliger la direction de La Poste à revenir sur ces projets. Les postiers revendiquent des embauches en CDI pour que La Poste à Orbec puisse apporter le service attendu par la population. Mercredi 2 janvier, les postiers d’Orbec étaient en grève. Voir le reportage sur France 3 Normandie.
La mise en place d’un comité de soutien est en cours, avec les habitantEs, les syndicats, les partis politiques et les éluEs.
La CGT a mis une pétition en ligne.
Enfin, une page Facebook « Pour le maintien du bureau de Poste à Orbec » a été crée.

A Vire, le combat pour sauver l’hôpital public et sa maternité continue. De grandes manifestations ont été eu lieu, rassemblant les salariés de l’hôpital et la population. Le comité « Touche pas à ma santé, à mon hosto » reste actif et prépare une nouvelle manifestation, samedi 12 janvier (départ 10h30, Porte Horloge).
Auparavant, une soirée de soutien est organisée avec projection du film « La naissance, une révolution » (jeudi 10 janvier, 20h30, cinéma Le Basselin à Vire). Un débat suivra la projection, avec Franck Cuvelier, le réalisateur du film, Paul Cesbron, gynécologue-obstétricien, l’équipe de la maternité et les membres du collectif de soutien.
Enfin, les rassemblements devant l’hôpital se poursuivent chaque mardi.

A Orbec, à Vire, défendons le service public ! Participons aux actions de soutien aux luttes en cours !

Exigeons du gouvernement la fin de l’austérité pour les services publics !
Exigeons l’arrêt des suppressions d’emplois, des fermetures de service et des baisses de moyens !
Exigeons la restitution des postes supprimés ces dernières années !


Grèce. Où va Syriza ?

7 janvier 2013

Syriza est une coalition de plusieurs organisations, à laquelle participent de nombreux individus non membres d’une organisation. Début décembre 2012, la coalition a tenu une conférence nationale qui a réunit 3 000 déléguéEs éluEs par les 30 000 membres de la coalition. Les débats ont été importants, et la conférence a adopté une déclaration. Etant donnés la place qu’a prise Syriza dans la résistance à l’austérité en Grèce, et les débats partout en Europe sur la façon de mener cette lutte contre les gouvernements dans chaque pays, la réflexion sur l’expérience Syriza est un impératif.

Pour cela, nous proposons la lecture de la déclaration adoptée par la conférence nationale, puis une analyse de Panos Petrou, membre dirigeant de l’organisation anticapitaliste Gauche Internationaliste Ouvrière (DEA), l’un des groupes fondateurs de Syriza en 2004 : « Où va Syriza ? », et enfin un texte de six dirigeants de Syriza par ailleurs membres d’organisations de l’aile gauche de la coalition : la Gauche Internationaliste Ouvrière (DEA), Kokkino (« Rouge ») et le Groupe Politique Anticapitaliste (APO) : « Débattre de l’avenir en Grèce ».


Union Européenne. Éléments de contribution à l’analyse de la situation politique (Josep Maria Antentas, Bureau exécutif de la IVe Internationale, décembre 2012)

7 janvier 2013

La revue Inprecor a publié la version écrite, à l’issue des débats, et actualisée du rapport sur la situation européenne présenté lors de la réunion du Bureau exécutif de la IVe Internationale le 13 octobre 2012. A lire pour nourrir la discussion sur la situation en Europe et le rôle des anticapitalistes, alors que l’offensive des classes possédantes ne faiblit pas.
Lire le rapport.


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.