La confiance ? Pour nous, c’est non !

Jean-Marc Ayrault a tenu son discours de politique générale, un discours en trompe-l’oeil pour donner le change. Le Premier ministre n’a cessé de répéter qu’il refusait l’austérité alors que toute sa politique vise, selon ses propres mots, au redressement budgétaire pour mettre fin aux déficits par… l’austérité.

Certes, Ayrault a fait quelques gestes comme celui de revenir sur certaines mesures les plus injustes de Sarkozy, sa réforme fiscale devrait épargner un peu moins les plus riches. De même il a réaffirmé le droit de vote des immigrés aux élections locales, le droit au mariage pour tous les couples, et décidé la multiplication par 5 des pénalités aux municipalités qui ne respectent pas la loi SRU sur le logement social.

Ces quelques mesures ne peuvent masquer l’essentiel, une attaque sans précédent contre les services publics dont les effectifs baisseront de 2, 5 % par an. Ce seront bientôt deux fonctionnaires sur trois partant à la retraite qui ne seront pas remplacés, le tout accompagné d’un probable gel des salaires.

La veille, le président de la Cour des comptes, le socialiste Didier Migaud, avait préparé le terrain en annonçant les conclusions de son rapport sur l’audit des finances publiques demandé par Hollande. Dans un but : culpabiliser la population pour lui faire accepter au nom de la lutte contre les déficits de nouveaux sacrifices. D’ici la fin 2012, l’Etat devra trouver entre 7, 5 et 8 milliards d’économies supplémentaires et 33 milliards voire 40 en 2013. Pour le pouvoir la conclusion est claire et simple, effort, rigueur, en un mot l’austérité.

Jean-Marc Ayrault vient de confirmer le choix qu’avait indiqué le dérisoire coup de pouce donné au SMIC : se plier aux exigences des marchés, du pacte budgétaire, des classes dominantes, et surtout, ne pas imposer une autre répartition des richesses.

André Chassaigne, pour les députés du Front de gauche, a annoncé l’abstention de son groupe sur le vote de confiance qui suit le discours du Premier ministre. « Abstention constructive » ? Mais comment peut-on s’abstenir face à l’austérité? On ne peut que la refuser. L’heure est à la préparation de la riposte en construisant une opposition de gauche au gouvernement et à sa politique.

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d blogueurs aiment cette page :